Illustration article de blog 7

le piège numéro 1 de l’entrepreneur qui se lance… et je suis tombée dedans

C’est souvent par l’erreur qu’on apprend le plus ! Alors dans cet épisode je vous raconte une de mes erreurs, une erreur que j’ai faite en me lançant dans l’entrepreneuriat.

J’ai décidé de vous parler un peu de ma propre expérience en tant qu’entrepreneure et surtout d’une des erreurs que j’ai commises dans ma première année d’entrepreneuriat. 

J’espère que cela pourra vous être utile et vous permettra d’avancer plus vite vers vos objectifs !

Je dis “une des”  parce que je continue à en faire et il y en aura encore d’autres bien sûr. Car c’est aussi ça apprendre et avancer, c’est passer par des erreurs, des choses qu’on aurait pu mieux faire, ou faire autrement. Et c’est parfaitement normal. C’est comme cela qu’on apprend et qu’on grandit.

Pour remettre un peu de contexte, je vais vous expliquer un peu mon histoire.

Le contexte

Expertise en marketing

Avant d’exercer le métier de coach mindset et business que j’ai aujourd’hui, j’ai travaillé à la fois en agence de communication et dans les services marketing, produits ou innovation de grandes entreprises. Je suis passée par différents métiers autour de la direction de projets digitaux, de la création de produits digitaux et de parcours utilisateurs et j’ai aussi exercé la fonction de manager d’équipes pendant de nombreuses années sur ces activités. 

Pourquoi je vous raconte tout ça ? 

Ce que je veux vous faire comprendre, c’est que j’ai acquis une certaine expertise marketing, sur la mise en place marketing d’une offre digitale.

Et pourtant vous allez voir que je suis quand même tombée dans le piège N°1, et cela malgré toute l’expérience que j’ai !

Je ne vous dis pas tout de suite de quelle erreur il s’agit. 

Je continue mon histoire. Donc après cette longue expérience en marketing digital sous différentes formes, je me suis formée au métier de coach. 

Conseil, mentorat, coaching, les différences rapidement

Avant d’aller plus loin là-dessus, je vais faire une petite parenthèse pour expliquer plus précisément ce qu’est un coach versus un mentor ou un conseiller par exemple. 
Pour ceux qui ont déjà une connaissance plus fine de ces nuances, désolée car je vais trancher dans le vif et ne pas exprimer toutes les nuances. Mon objectif ici est simplement que vous puissiez comprendre les grandes lignes pour que je continue mon point. Bien entendu, dans la réalité, les choses sont plus nuancées, et il est tout à fait possible de mêler plusieurs casquettes.

Alors pour commencer : un conseiller ou consultant va auditer votre situation selon ses critères, et vous donner des conseils suivant sa méthode pour appliquer la solution qu’il juge bonne pour vous avec ses connaissances et la compréhension qu’il aura de votre situation.

Un mentor est quelqu’un qui est déjà passé par le chemin que vous êtes en train de faire et qui peut donc vous délivrer son expérience, vous expliquer les erreurs qu’il a commises pour que vous puissiez ne pas les reproduire, vous partager ce qui a marché pour lui pour que vous puissiez vous en inspirer.

Un coach, dans la pure tradition du coaching, ne donne pas de conseil. Au mieux, il peut partager sa propre vision avec vous pour vous montrer une possibilité mais il ne doit pas chercher à vous faire appliquer sa propre solution. Un coach va vous accompagner, par des méthodes précises de questionnement, à trouver en vous votre propre solution. 

Donc en conclusion, là où le conseiller ou le mentor sont plutôt des experts dans des solutions que vous allez appliquer, le coach est plutôt l’expert du questionnement qui va vous faire accoucher de la solution qui vous est adaptée. Dans la relation entre un coach et un coaché, c’est le coaché qui amène son expertise de lui-même et de son activité, tandis que le coach amène son expertise dans le cadre et les méthodes de questionnement qui seront en mesure de faire avancer le coaché. Il n’a pas besoin d’être un expert de votre domaine pour être en mesure de vous faire avancer. Parfois cela peut même être contreproductif car cela peut créer un biais, mais ça c’est encore tout une autre histoire.

Ce que j'ai fait quand je me suis lancée

Donc lorsque je me suis formée au métier de coach, j’ai eu tous les outils et méthodes pour être en capacité de coacher tout le monde sur des sujets extrêmement variés. 

 

Alors bien sûr, selon ma propre histoire, et selon mes propres préférences, certains sujets m’intéressaient plus que d’autres. Pour vous donner un exemple, j’ai tout de suite souhaité plutôt accompagner vers l’épanouissement professionnel que vers la relation de couple par goût personnel de ces sujets.

Aussi initialement, je voulais coacher à la fois des cadres qui avaient perdu du sens dans leur métier et souhaitaient en retrouver, et puis aussi des entrepreneurs sur l’ensemble de leurs problématiques à différents stades de leur entreprises, et aussi des personnes atypiques, appelées aussi zèbres, et cela qu’ils soient en salariat ou entrepreneurs.

Tous ces sujets me plaisaient, et je savais qu’à travers ma formation et mes expériences de vie je pouvais vraiment aider ces différentes personnes.

 

Et qu’est-ce qu’il s’est passé ? Et bien déjà, oui j’ai coaché des personnes dans ces différentes situations. Et très clairement, non seulement j’aime cela mais je les ai aussi toutes aidées. J’ai encore récemment reçu un message d’une personne que j’ai accompagnée il y a plus d’un an et qui me remercie car grâce à moi elle a eu le courage de passer une nouvelle étape maintenant sur un sujet annexe au sujet principal du coaching et dont elle peut maintenant s’occuper.

Donc oui je sais accompagner sur des problématiques très variées. Je pense qu’ici beaucoup de coachs, de thérapeuthes, de naturopathe ou d’autres métiers d’accompagnement pourront facilement comprendre ce que je veux dire.

 

Par contre et bien j’avais énormément de mal à attirer de nouveaux clients, à part par le bouche à oreille, qui est très bien sur du long terme, mais pas du tout suffisant pour démarrer.

 

A ce stade vous aurez peut-être déjà commencé à comprendre de quelle erreur je voulais vous parler. 

Sans plus attendre je vous donne la réponse : Mon erreur a été de vouloir coacher tout le monde ! 

Le piège N°1 : vouloir aider tout le monde, ou encore "parler à tout le monde, c’est ne parler à personne"

Pourquoi est-ce qu’il s’agit d’une erreur ?

Et bien, l’une des premières leçons en marketing, l’un des premiers piliers qui constitue la création d’un produit ou d’une offre, c’est ce qu’on appelle le positionnement. L’idée c’est ici de cibler précisément la personne à qui on s’adresse. Vous avez peut-être entendu parler de client idéal, d’avatar ou de persona. Ce sont 3 termes similaires qui décrivent précisément la personne à qui on souhaite proposer et vendre une offre. 

Le mieux vous la connaissez et vous savez la décrire, le plus facile ce sera de pouvoir communiquer avec elle, la toucher, et être impactant.

Quels en sont les effets ?

Pour dire les choses très simplement lorsque vous voulez parler à tout le monde, dans les faits vous ne parlez à personne. Le discours est beaucoup trop généraliste et donc l’impact que vous pouvez avoir est beaucoup trop dilué. 

Alors que si vous parlez en particulier à une niche client, c’est-à-dire à un profil particulier de personnes, ils se reconnaîtront davantage dans ce que vous dîtes et cela aura donc davantage d’impact pour eux.


Concrètement : j’avais du mal à être claire dans ma communication, je ne savais jamais à quelle cible je m’adressais pour diffuser mes messages. Je faisais donc du contenu davantage pour moi que pour mes clients potentiels. Certaines personnes réagissaient sur certains de mes contenus, d’autres sur d’autres sujets et au final je diluais mes efforts avec très peu de résultats. 

Car un point qui est aussi très important dans la communication, c’est la répétition. Il faut que votre cible puisse vous voir, être intéressé par votre contenu à plusieurs reprises avant de commencer seulement à vouloir aller plus loin pour découvrir comment vous pouvez les aider.

Deux facteurs m'ont maintenue dans ce piège

En analysant ce qui s’est passé, il y a eu deux facteurs importants qui m’ont maintenue dans ce piège, que pourtant je connaissais si bien.

Ecouter ou non ses proches

A ce moment-là, j’ai fait l’erreur de beaucoup trop écouter mes proches qui me disaient que je ne devais pas me nicher parce que du coup je perdrai des opportunités, et que le marché que j’allais choisir risquait d’être trop petit pour pouvoir être rentable.


Mais pour être tout à fait franche, c’est surtout parce qu’à ce moment-là je n’avais pas suffisamment confiance en moi-même et en mes connaissances pour prendre la décision que je me doutais être la bonne, au-delà de l’avis de mes proches. Puisque autant le dire, de tout mes proches qui me disaient ceci, aucun n’avait l’expertise marketing que j’ai.

Donc c’était bien avant tout une histoire d’estime de soi, puisque je les considérais plus justes que moi alors même que j’avais toutes les compétences pour savoir au fonds de moi ce qui était juste.

Difficulté du choix : "choisir c'est renoncer"

Et le deuxième gros facteur qui a joué , ça a été la difficulté avec la notion de renoncer à accompagner certaines de ces personnes.

J’avais énormément de mal avec l’expression “choisir c’est renoncer”. Dans ma tête je savais rationnellement que c’était juste, que je devais faire des choix. Mais dans mon coeur, moi qui suis touche à tout, qui aime découvrir plein de nouveaux sujets, qui m’ennuie si je vois toujours la même chose, bref qui suis multipotentielle pour ceux à qui cela parle, cette expression était carrément insupportable et mon inconscient se battait bec et ongle pour ne pas y aller.

Ce qui m'a poussé à changer

D’abord, concernant la difficulté à renoncer, j’ai hacké mon cerveau. 

Là je vais vous donner une astuce puissante, si comme moi, vous avez du mal avec le fait de faire des choix, et si, pour vous aussi, “choisir c’est renoncer” vous remue trop pour l’accepter. 

Au lieu de dire “choisir c’est renoncer”, j’ai dit “choisir c’est prioriser”. 

J’ai volontairement modifier le choix de mes mots pour ne plus entendre “renoncer”. Ce qui signifie que les sujets que je laisserai de côté ne le seront que de façon temporaire et non définitive et que, si je veux, je pourrais toujours y revenir plus tard.

 

Ensuite, ce qui m’a beaucoup aidé, c’est de travailler mon mindset, de travailler sur ma confiance en moi, sur ma propre estime de moi pour pouvoir davantage me faire confiance, avoir confiance dans mes choix et dans les décisions que je prends. 

Pour conclure, j’en retiens d’abord que, encore une fois les cordonniers sont les plus mal chaussés. Il est beaucoup plus facile d’avoir l’esprit clair sur une offre extérieure à soi que sur sa propre offre. Plus le niveau d’implication est important et plus parfois nous perdons le recul suffisant pour le traiter au mieux. C’est d’ailleurs là qu’il est parfois bon d’avoir un regard extérieur pour y voir plus clair. Mais pas n’importe quel regard, celui d’un professionnel, celui de quelqu’un qui a des compétences claires pour avoir un avis objectif et non subjectif sur votre situation.

 

Ensuite, je sais très bien que l’idée de se nicher peut, tout comme moi, vous être pénible. Je sais à quel point c’est frustrant lorsqu’on sait qu’on peut aider de nombreuses personnes ou dans de multiples situations de devoir se restreindre. Mais pour que ce message vous paraisse plus simple à digérer, souvenez-vous que cela n’est pas obligatoirement une solution définitive. Il s’agit plutôt d’un choix stratégique qui pourra vous aider à toucher plus rapidement vos premiers clients, à vous constituer plus rapidement une activité rentable. Vous aurez ensuite tout le loisir de le développer. 

Il y a déjà suffisamment de choses multiples à gérer lorsqu’on se lance en entrepreneuriat. Il est essentiel de focaliser ses efforts et son attention pour que ses actions aient le maximum d’impacts avec le minimum d’efforts.

Pour aller plus loin, clarifier votre situation, débloquer les freins et les peurs qui vous empêchent d’être à votre pleine puissance, et accélérer votre business, je vous invite à découvrir mon accompagnement privé de coaching

Guide et épisode privé de podcast booster d'énergie pour booster la productivité

Télécharger gratuitement

20 astuces et conseils pour booster son énergie et gagner en productivité

L'épisode de podcast privé
+ le guide complet

>
Retour haut de page